top of page

KARMA [Partie 4]

La seule réalité permanente et impérissable se trouve dans l'esprit pur, et lorsque nous tournons notre attention vers cela, comme l'a fait Job, et comme l'a fait Arjuna dans la Bhagavad-Gita, nous nous libérons de la misère et nous découvrons que derrière cette douleur et cette détresse extérieures se cachent une beauté et une joie réelles et impérissables.


Robert : Bienvenue dans Inner Sight. Notre sujet d'aujourd'hui est le karma, partie 4.

Il y a beaucoup à dire sur le karma. C'est un sujet dont on parle souvent à tort et à travers, c'est pourquoi nous sommes ici pour remettre les pendules à l'heure. Voici une réflexion tirée d'un livre intitulé Karma and Rebirth [Karma et renaissance], et la citation est de Christmas Humphreys : "Le karma est l'expression de la loi de l'équilibre, et la nature s'efforce toujours de rétablir cet équilibre chaque fois qu'il est perturbé par les actes de l'homme. Le karma ne crée rien et ne conçoit rien. C'est l'homme qui planifie et crée les causes, et la loi karmique ajuste les effets. Le karma ne récompense pas et il ne punit pas. Il ne fait que rétablir l'harmonie perdue”. J'aime mentionner cette citation de temps en temps, parce que j'ai toujours trouvé la loi du karma très complexe, et je pense que ces émissions m'ont permis de mieux la comprendre, et j'espère qu'il en sera de même pour vous. Mais il nous reste encore beaucoup à faire pour bien la comprendre. Nous avons beaucoup parlé du karma négatif, mais y a-t-il un karma dans la façon dont nous gérons nos bénédictions ?


Sarah : C'est tout à fait vrai. Et comme nous l'avons mentionné dans le passé, les écrits d'Alice Bailey disent que nous avons beaucoup plus de bon karma que de mauvais karma – la plupart d'entre nous – et c'est une vision surprenante du karma. Nous avons tendance à penser qu'il s'agit d'une punition mais, comme je pense l'avoir mentionné, la véritable définition est la rétribution, qui est le retour de ce qui a été émis par l'action. Ainsi, nos nombreux bons actes, nos nombreuses bonnes actions, nous reviennent sous forme de bénédictions. Mais la façon dont nous réagissons à ces bénédictions génère à son tour un nouveau karma. Si nous avons une vie très confortable et bénie par rapport aux gens qui nous entourent, nous pourrions nous sentir très suffisants et satisfaits de nous-mêmes. Nous commettons alors le péché d'autosatisfaction et celui de nous séparer des personnes qui souffrent. Il y a donc un karma de mérite et un karma de démérite, et nous sommes toujours sur la corde raide.


Dale : Oui, nous ne devrions pas nous réjouir de nos bonnes fortunes, car comme vous le dites, cet acte même de se réjouir entraîne un karma négatif en plus. C'est donc quelque chose qu'il faut garder à l'esprit, car la façon dont nous gérons nos bénédictions est un don. Nos bénédictions nous sont probablement données par le karma passé, par le résultat de bonnes actions dans le passé, et elles ne sont pas destinées à nous conduire à dominer d'autres personnes.


Sarah : Ne pensez-vous pas qu'elles sont probablement, à leur manière, des tests ? Je pense que Dieu, ou les forces à l’œuvre, nous mettent parfois à l'épreuve par nos bénédictions autant que par nos tribulations. Si nous oublions d'être reconnaissants et de penser aux autres qui possèdent moins et qui ont plus de difficultés, nous nous exposons à un nouveau karma.


Dale : C'est vrai. Si nous avons la chance d'avoir beaucoup d'argent, il y a peut-être une raison à cela et nous devrions partager.


Sarah : Oui, partagez ! Je parle en tant que personne travaillant pour une organisation à but non lucratif qui dépend entièrement du karma des personnes qui partagent leur richesse.


Dale : Absolument. Il faut donc garder cela à l'esprit. 


Sarah : Et c'est le cas. 


Robert : En parlant de bénédictions, pouvons-nous réellement nous lancer et dire : "Je vais créer un bon karma", ou obtenir des résultats en perpétrant de bonnes actions et en interagissant avec les gens d'une manière positive ? Cela correspond-il à ce que vous dites ?


Sarah : Je ne sais pas s'il faut déclarer son intention de le faire, car cela semble un peu égocentrique, n'est-ce pas ? Nous devrions servir, nous devrions faire le bien, pour les motifs les plus purs et dans l'oubli de soi, sans trop penser aux conséquences pour nous-mêmes. 


Robert : La bonne volonté à l'égard d'autrui doit donc venir du cœur, comme une fin en soi, et non comme un moyen de créer une bonne situation pour soi-même. Comment le karma gère-t-il l'apparente injustice de la vie ?


Sarah : Et bien, comme je l'ai mentionné dans notre dernier programme, beaucoup de gens passent leur temps à se demander "pourquoi moi ?" lorsqu'ils sont dans une mauvaise passe, or comme mon amie l'a dit à sa sœur, "pourquoi pas toi ?". Nous devrions nous dire la même chose : "Pourquoi pas moi ?" Nous faisons partie de l'humanité. Nous ne pouvons pas être exonérés du destin humain. Nous nous sommes sans aucun doute cogné l'orteil à maintes reprises dans les choix et les actions que nous avons posés dans le passé. Ainsi, comme le dit la première définition de Christmas Humphreys, le karma est simplement le rétablissement de l'harmonie perdue. Si vous croyez cela, il n'y a pas d'injustice dans la vie. Mais il y a le fait que le karma prend parfois beaucoup de temps à se mettre en place. Il y a un dicton qui dit : "Les moulins de Dieu moulent lentement, mais ils moulent très finement". La lenteur de cette mouture peut donner l'impression qu'il y a de l'injustice parce que le calendrier du plan de Dieu est très différent de celui de l'homme. Nous aimons voir les résultats tout de suite, mais si vous devez attendre le moment approprié choisi par l'âme pour la précipitation du karma, cela peut prendre plusieurs vies. C'est pourquoi l'histoire de Job dans la Bible nous paraît si déroutante et si mystérieuse. Job était l'homme bon, décent et droit de l'Ancien Testament, qui avait vécu sa vie selon les principes les plus élevés. Il savait qu'il avait été un bon père de famille, un citoyen responsable, mais une catastrophe après l'autre s'abattait sur lui et sa famille, un désastre après l'autre. Il ne comprenait pas pourquoi ces choses lui arrivaient et, d'une certaine manière, il s'est presque retourné contre Dieu. Il a commencé à s'interroger sur son sort et sur l'utilité d'une bonne vie. Mais finalement, après avoir vécu une misère après l'autre, il a commencé à être à la hauteur de son nom, qui signifie littéralement "celui qui ne crie pas" ou "celui qui ne se plaint pas". Son destin était si mauvais qu'il a fini par abandonner, cesser de se plaindre et a commencé à se taire. C'est à ce moment-là, lors de cette acceptation silencieuse, qu'il a compris que "le Seigneur donne et le Seigneur reprend, que le nom du Seigneur soit béni". Cette phrase est tirée du livre de Job. Dieu donne, Dieu reprend, Dieu est béni, et quoi qu'il m'arrive, je suis béni. Lorsqu'il a enfin pu placer sa confiance dans le plan de Dieu, il a fait une percée majeure. C'est parce qu'il a appris à ne pas regarder uniquement le monde extérieur et la forme extérieure, mais à considérer la réalité spirituelle intérieure comme plus importante, et à ce niveau, il n'y avait pas de misère du tout. Il n'y avait que de la bonté.


Dale : C'est un point important à garder à l'esprit. Nous avons trop souvent tendance à considérer notre destin dans le monde en termes physiques, alors qu'en réalité il se passe beaucoup plus de choses au niveau spirituel, du côté intérieur, au niveau de l'âme. Et cela, nous ne le voyons pas toujours, mais nous devrions vraiment en tenir compte car, comme vous le dites, ce qui semble être une injustice peut en fait être quelque chose qui sera équilibré dans une autre vie, et cela peut prendre beaucoup de temps pour y parvenir.


Sarah : Oui, la douleur et la détresse que nous voyons dans le monde ne sont pas là pour nous punir. Comme le dit Alice Bailey, c'est pour sevrer l'homme de son amour du monde, de son amour des plans extérieurs matériels où il est tellement fixé dans sa focalisation et dans sa vie de désir. Pendant une longue période de l'évolution spirituelle, tout est orienté vers l'accomplissement au niveau extérieur, et tout n'est pas mauvais – l'accomplissement d'une famille heureuse, d'un bon travail, d'un bon foyer. Mais l'accent est toujours mis sur le plan matériel et elle dit dans ses écrits que le but de toute douleur et de toute détresse est de nous sevrer de cette soif des choses du monde. Non pas parce qu'elles sont mauvaises ou bonnes, mais parce qu'elles ne sont pas la réalité, qu'elles sont transitoires et qu'elles nous affligent automatiquement parce qu'au niveau extérieur, les choses vont et viennent, elles passent. La seule réalité permanente et impérissable se trouve dans l'esprit pur, et lorsque nous tournons notre attention vers cela, comme l'a fait Job, et comme l'a fait Arjuna dans la Bhagavad-Gita, alors nous nous libérons de la misère et nous découvrons que derrière cette douleur et cette détresse extérieures se trouvent une beauté et une joie réelles et impérissables.


Robert : Une attitude calculatrice peut-elle annuler le karma ? Parce que c'est l'une de mes préoccupations, comment annuler le karma – mais je ne veux pas annuler le bon karma.


Sarah : Eh bien, non, nous voulons le garder ! Mais nous devons vivre tout cela. Le karma doit être vécu et nous ne serons pas libérés de ce que les hindous appellent la roue des renaissances tant que nous n'aurons pas annulé tout notre karma, bon et mauvais. Ainsi, le fait de devoir vivre notre bon karma nous fait également passer par le cycle des renaissances. Tout à l'heure, vous étiez en train de calculer le karma en vous demandant si, en faisant de bonnes actions, vous obtiendriez de bons résultats. Nous pensons tous ainsi. Nous mesurons et évaluons constamment la valeur de nos choix parce que nous, les êtres humains, nous sommes très calculateurs. Cela fait partie du fonctionnement de l'esprit. 


Dale : Oui, mais tout dépend des motifs. Que le karma soit mauvais ou bon dépend de vos motifs. Si j'estime qu'en faisant quelque chose de bien, en rendant un certain service, je vais en retirer de bons mérites, alors c'est en soi une erreur parce que mon motif, mon intention est pour moi-même et je me place en premier, avant cet acte de service. Il n'y a rien de bon à calculer et à jouer sur tous les tableaux pour tirer le meilleur parti de la vie.


Robert : Ce que vous avez dit, Dale, me fait penser à l'importance de la pensée énoncée dans les Écritures, à savoir que Dieu connaît le cœur de l'homme. Je pense que ce que vous avez dit souligne cette pensée particulière et lui donne un nouveau sens. Parfois, j'aimerais mettre un terme au karma négatif, mais en ce qui me concerne, le karma positif peut se poursuivre pendant de nombreuses incarnations – et j'aimerais bien que cela se produise – mais comment mettre un terme au karma en général ?


Sarah : Il y a de nombreuses façons d'aborder cette question. L'une d'entre elles me semble assez évidente : nous regarder en face, regarder notre passé en face, regarder les torts que nous avons causés et ne pas les nier, ou pour utiliser un terme populaire, ne pas les projeter sur les autres comme le font tant d'entre nous. Nous devons faire face à la réalité des erreurs que nous avons commises et les réparer, et je pense que cela doit être réalisé non seulement dans notre propre conscience, mais aussi par l'expression de regrets et de remords à l'égard de ceux que nous avons blessés. Si nous avons eu de mauvaises habitudes qui n'ont pas particulièrement blessé un individu, nous devons tout de même les corriger ; nous devons changer notre façon de vivre. Et pour ce qui est de ceux qui nous ont blessés, nous devons leur pardonner. Comme le dit le Notre Père, "pardonnez-nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés". Il faut se délester de tout cela. Le problème est que cette ornière karmique dont nous avons parlé est aggravée par notre mémoire des événements passés et notre honte, voire notre culpabilité pour les torts causés. Et puis, bien sûr, il y a tout le karma des vies antérieures dont nous n'avons même pas conscience. Mais il est stocké quelque part dans la mémoire de notre âme et nous ne cessons de le ressasser, de le regretter, d'en éprouver de l'amertume. C'est un bagage que nous traînons avec nous et qui nous tient enchaînés. C'est peut-être la raison pour laquelle Saint Paul, dans la Bible, a dit une telle vérité lorsqu'il a conseillé la nécessité du contentement. Il a dit : "J'ai appris à être dans le contentement face à l'état dans lequel je me trouve". Quelle que soit votre situation actuelle, soyez-en reconnaissant. Soyez reconnaissant et soyez dans le contentement. Acceptez votre situation et votre vie pour ce qu'elle peut vous apprendre.


Dale : Oui, c'est très bien. Je pense qu'il est très important de garder à l'esprit la partie que vous avez mentionnée sur le fait de répéter le même schéma encore et encore, parce que ce karma ne prendra jamais fin tant que vous continuerez à répéter ces vieilles erreurs du passé, et nous en voyons des exemples dans le monde d'aujourd'hui. La situation au Kosovo est née d'événements qui se sont produits il y a des centaines d'années, et pourtant les gens continuent à répéter ce même schéma dans leur vie et le problème se présente à nouveau, et appelle à une résolution, et la façon dont il sera résolu cette fois dépendra de la capacité des gens à aller de l'avant. Nous le voyons également dans d'autres situations historiques, comme au Moyen-Orient, avec une sorte de ping-pong. La situation n'évolue pas, elle est dans l'ornière, elle s'enfonce de plus en plus et les roues tournent, mais on n'avance pas.


Sarah : C'est un cycle. Le Bouddha a enseigné que la haine ne peut jamais mettre fin à l'amour. Il a dit : "La haine ne cesse pas par la haine, mais seulement par l'amour." C'est un principe bouddhiste fondamental tiré du Dhammapada, l'un des plus grands textes bouddhistes. Tout comme le Christ a enseigné la nécessité d'aimer. Si nous ne répondons pas à la haine par l'amour, nous ne faisons que perpétuer cette haine. Il ne s'agit pas d'être un paillasson, ni de laisser l'autre triompher, car quiconque vous a causé un tort rencontrera inévitablement son propre karma. Mais vous n'avez pas besoin d'être enchaîné à une telle personne, et en refusant de lui pardonner et de la laisser partir, vous ne faites que vous lier à son destin et vous ne parvenez pas à votre propre libération. Aimez-la et relâchez-la. On dit que l'amour de Bouddha était un flux si incommensurable qu'il ne pouvait être épuisé par aucune haine ou hostilité. Rien n'épuisait sa réserve d'amour. Quelle belle pensée ! C'est certainement la fin du karma.


Dale : C'est vrai, et comme il est dit, l'amour met fin à tout le karma terrestre. Et tout cela dépend de l'action juste dont nous avons parlé dans les programmes précédents. L'action juste consiste à cultiver la bonté et la vertu dans la façon dont nous traitons les autres, et à créer l'harmonie dans notre monde, dans notre foyer et dans cette vie même que nous vivons en ce moment. Ce n'est pas quelque chose du passé. Il ne s'agit pas de quelque chose dans le passé, ni dans le futur. Il s'agit de poser l'action juste, maintenant, l'action juste qui permet d'établir des [justes] relations. En réalité, ce qui se passe dans le plan pour la planète Terre dépend en grande partie des justes relations, et on le voit à l’œuvre dans le monde aujourd'hui. Il s'agit donc d'actions justes qui cultivent des relations permettant à l'énergie d'amour de circuler. Là où il y a séparation, l'amour ne circule pas. Et c'est là que le karma subsiste.


Sarah : Je pense qu'il y a aussi un autre aspect de l'amour et de son expression dans le monde en tant que bonne volonté. Il ouvre une nouvelle voie, un nouveau chemin. Nous parlons du karma comme d'une ornière ou d'un cycle qui se répète sans fin, et c'est ce qui se produit lorsque vous êtes pris par la vengeance et la revanche. Mais l'expression de la bonne volonté ouvre une nouvelle approche, un nouveau débouché créatif pour un nouveau départ. Nous pouvons le constater sur la scène mondiale lorsqu'advient une percée à travers les problèmes entre deux populations, grâce à l'imagination créative de personnes comme Sadate et Begin, qui ont décidé qu'ils en avaient assez de la guerre entre l'Égypte et Israël et qui ont opéré un rapprochement qui se traduit encore aujourd'hui par un traité de paix entre l'Égypte et Israël. C'est l’œuvre de la bonne volonté, et pour ainsi dire, l'amour en action a mis fin à un cycle karmique entre Israël et l'Égypte et a permis à quelque chose de nouveau de commencer. Et il y a l'autre idée sur la façon de mettre fin au karma. Je pense qu'il s'agit de mettre de l'ordre dans nos priorités, de se rappeler ce qui est réel, ce qui est permanent et ce qui est transitoire. Le monde extérieur et tous ses accoutrements vont passer, ils vont prendre fin et la seule chose réelle et durable est le divin, l'esprit. C'est pourquoi la Bible dit : "Cherchez d'abord le Royaume des Cieux et tout le reste vous sera donné par surcroît".


Robert : La prière que nous prononçons à la fin de l'émission – j'espère que nos auditeurs vont rester avec nous assez longtemps pour l'écouter en entier – porte vraiment bien son nom. Elle s'intitule la Grande Invocation. Peut-elle aider à surmonter le karma ?


Sarah : Oui, parce que c'est une méthode de transformation ; transformation personnelle et transformation planétaire. En travaillant quotidiennement avec la Grande Invocation, chacun d'entre nous peut contribuer à mettre fin à notre karma humain et planétaire, parce que lorsque nous invoquons, nous invitons des énergies de lumière, d'amour et de volonté de bien à venir dans le monde. Et c'est là que nous trouvons le rétablissement de l'harmonie que le karma cherche à instaurer.


Dale : Oui, nous avons parlé il y a un instant du besoin d'amour dans la vie de chacun et c'est le même amour qui est nécessaire au monde dans son ensemble. Et c'est la base même de la Grande Invocation. Il s'agit d'invoquer cette énergie d'amour divin pour aider à apporter plus d'amour dans le monde, pour contrebalancer la tendance de l'humanité à la séparation et aux actions séparatives. C'est l'amour qui permet d'établir des relations justes qui conduisent finalement à la paix. Je ne sais pas si les gens voient ce lien, mais tout le monde veut la paix dans le monde – mais comment parvenir à des situations pacifiques ?


Sarah : Et comment se sacrifier pour cela ?


Dale : Ce qui mène à la paix, ce sont les relations justes et toute situation conflictuelle est une relation erronée. Il y a séparativité. Il y a des points de vue opposés qui veulent s'accrocher à cette ornière et rester là où ils sont. Ils ne veulent pas aller de l'avant. Mais la Grande Invocation invoque une source divine de lumière et d'amour qui n'a pas toujours été présente dans le monde. L'Invocation a été prononcée en 1945, à une époque où il y avait un grand besoin d'amour et de lumière dans la conscience humaine, et depuis lors, je pense que nous pouvons voir de nombreux signes montrant que cela commence à se produire. Il y a eu beaucoup de changements, et beaucoup de changements positifs. Nous le voyons dans les bonnes relations qui s'établissent au sein de l'Union européenne et dans tous les accords commerciaux et économiques qui se mettent en place. Nous sommes en relation les uns avec les autres comme jamais auparavant dans le monde, et c'est peut-être le résultat de la nature invocatrice de la bonne volonté humaine.


Sarah : Un autre point à garder à l'esprit à propos de la Grande Invocation est qu'il s'agit d'une prière, mais aussi d'une forme de méditation. La valeur de la méditation dans l'éradication du karma est qu'elle développe l'aptitude ou la capacité d'abstraire notre pensée, notre attention et notre concentration des mondes extérieurs vers le monde intérieur de l'esprit, et c'est ainsi que nous arrêtons la vibration sortante qui nous fixe sur le plan matériel. Lorsque cela prend fin, on dit qu'il n'y a plus de karma parce que nous nous sommes totalement recentrés sur le monde de l'esprit. C'est une pensée très profonde et peut-être perplexe et déroutante, mais c'est vraiment ce qui sous-tend l'importance de la méditation.


Robert : Ce que vous avez dit me touche beaucoup et j'essaie d'absorber tout ce que vous avez dit. Je pense à mon propre travail sur le pardon, me pardonner à moi-même, pardonner aux autres. Même si je dis que je me pardonne, je me souviens constamment de l'expérience. Est-il important de se départir de cette expérience ?


Sarah : Oui, c'est important. Je pense que la chose la plus difficile pour beaucoup d'entre nous est de nous pardonner à nous-mêmes. Je pense qu'il est plus facile de pardonner aux autres, mais nous sommes très durs avec nous-mêmes. Je suppose qu'il y a une fierté latente derrière cela parce que nous voulons être parfaits et cela nous rappelle que nous ne le sommes pas. Comme l'a dit Jesse Jackson, nous devons être patients avec nous-mêmes. Nous sommes un travail en cours.


Robert : Pour conclure, nous vous invitons à réfléchir à cette pensée : la bonne volonté est la pierre de touche qui transformera le monde. La bonne volonté est l'amour en action, c'est l'énergie qui nous rapproche dans une relation juste.


Il existe une prière mondiale appelée la Grande Invocation. C'est un appel à la lumière, à l'amour et à la bonne volonté pour qu'ils se répandent dans le monde et dans nos cœurs. Écoutons un instant ces mots puissants.


Sarah clôture le programme en récitant la version adaptée de

la Grande Invocation.


(Ce texte est une transcription éditée d'une émission de radio enregistrée intitulée "Inner Sight". Cette conversation a été enregistrée entre l'animateur, Robert Anderson, et la présidente et le vice-président de Lucis Trust, Sarah et Dale McKechnie.

Transcription et édition par Carla McLeod, traduction automatisée revue par Jérôme Choisnet)


Sarah and Dale

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La Grande Invocation

Par le simple fait de travailler quotidiennement avec cette invocation, de nous efforcer d'approfondir notre compréhension de sa signification et de devenir des agents de son flux d'énergie dans la co

KARMA [Partie 3]

Lorsque l'influence de l'âme commence à se faire sentir sur la personnalité extérieure, c'est alors que le karma se neutralise, car cela indique que l'on est sur le chemin de l'illumination. On peut c

KARMA [Partie 2]

Sur le plan spirituel, nous ne vivons pas dans le vide ; nous faisons partie de quelque chose de beaucoup plus grand. Nous faisons partie d'un tout qui dépasse notre compréhension, mais je pense que b

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page