top of page

KARMA [Partie 2]

Dernière mise à jour : 16 mars

Sur le plan spirituel, nous ne vivons pas dans le vide ; nous faisons partie de quelque chose de beaucoup plus grand. Nous faisons partie d'un tout qui dépasse notre compréhension, mais je pense que beaucoup d'entre nous ont de plus en plus le sentiment d'appartenir à une Vie plus grande. Cela signifie que nous sommes emportés dans des modèles karmiques qui sont beaucoup plus grands que notre propre responsabilité personnelle, mais ils nous portent en quelque sorte.


Robert : Bienvenue dans Inner Sight. Notre thème pour aujourd'hui est le karma, partie 2.

J'aime cette pensée qui vient de Christmas Humphreys dans son livre Karma and Rebirth [Karma et Renaissance]. Je pense que cette pensée vous donnera un aperçu du karma et de ce dont il s'agit : "Le karma est l'expression de la loi de l'équilibre, et la nature travaille toujours à rétablir cet équilibre chaque fois qu'il est perturbé par les actes de l'homme. Le karma ne crée rien et ne conçoit rien. C'est l'homme qui planifie et crée les causes, et la loi karmique ajuste les effets. Le karma ne récompense ni ne punit, il ne fait que rétablir l'harmonie perdue". Je pense, Sarah et Dale, qu'il est vraiment important de faire un récapitulatif ; nous nous sommes quittés la dernière fois en discutant du karma de groupe et j'ai senti que vous aviez encore des choses à dire. Pourriez-vous nous en dire plus à ce sujet ?


Sarah : C'est basé sur le fait que, spirituellement, nos vies ne sont pas vécues dans le vide ; nous faisons partie de quelque chose de beaucoup plus grand. Nous faisons partie d'un tout qui dépasse notre compréhension, mais je pense que beaucoup d'entre nous ont de plus en plus le sentiment d'appartenir à une Vie plus grande. Cela signifie que nous sommes entraînés dans des schémas karmiques qui dépassent largement notre responsabilité personnelle, mais qui nous portent en quelque sorte. Pour l'exprimer à une échelle que les gens peuvent facilement imaginer, nous pouvons penser à notre famille. Les familles ont un karma qui ramène les membres de la famille à plusieurs reprises, vie après vie, en relation les uns avec les autres dans le but – comme l'a dit la citation d'ouverture – de redécouvrir ou de restaurer l'équilibre, la balance. Comme ce serait merveilleux de penser à nos relations de groupe en termes de recherche d'un équilibre parfait ! Cela pourrait nous donner un nouvel éclairage sur les raisons pour lesquelles nous avons des liens avec diverses personnes.


Dale : Oui, et on peut poursuivre ce thème du karma de groupe au niveau de la nation, parce que chaque nation est composée de personnes, et les personnes ont un karma. La nation elle-même encourt un certain karma basé sur les jugements des dirigeants de cette nation et des personnes qui élisent ces dirigeants – s'ils les élisent. Je pense à un incident dans l'histoire passée des États-Unis, qui n'est pas un karma agréable à évoquer, et qui a trait à l'esclavage. À une époque, au début de l'histoire des États-Unis, l'esclavage était une pratique acceptée, et c'était un terrible péché de séparation, en réalité, parce qu'un groupe de personnes était séparé d'un autre, qu'il était considéré comme inférieur et qu'il était très mal traité. Cela a duré quelques centaines d'années, puis nous avons commencé à corriger ce déséquilibre grâce au mouvement des droits civiques et nous sommes passés par un processus très douloureux, ce qui se produit dans le déploiement du karma, mais c'est un processus douloureux de rééquilibrage d'une période très injuste.


Sarah : Et nous pouvons l'observer dans d'autres pays du monde ; par exemple, ce qui se passe dans l'ex-Yougoslavie est sans aucun doute extrêmement karmique dans ses implications, et je pense que les gens le sentent, mais peut-être pas avec une compréhension très complète. Mais ils savent qu'historiquement, des torts remontent à quatre ou cinq cents ans, voire plus, dont ils se souviennent encore et pour lesquels ils veulent obtenir réparation. Jusqu'à présent, il semble qu'ils soient entraînés dans un cycle sans fin de vengeance. Il semble en aller de même au Moyen-Orient. La dernière fois, nous avons parlé du fait que la vengeance ne met jamais fin au karma. Si vous cherchez à rétablir l'harmonie et l'équilibre, vous n'y parviendrez pas en retournant une mauvaise action par une autre mauvaise action.


Dale : Tout cela était basé sur la loi « Œil pour œil, dent pour dent ».


Sarah : C'est une très mauvaise compréhension du karma, je pense.


Dale : C'est vrai. Cela peut fonctionner pendant un certain temps, mais il y a des pénalités.


Sarah : Dans le monde entier, on peut voir ce karma de groupe se déployer dans les relations internationales. Et c'est quelque chose qui, je pense, pourrait être enseigné au niveau de l'opinion publique avec des résultats très bénéfiques. Si les gens pouvaient commencer à comprendre qu'ils ont un rôle à jouer dans n'importe quelle situation dans laquelle eux et leur groupe sont impliqués – qu'il existe d'anciennes responsabilités qui doivent être mises en lumière et que chacun a un rôle à jouer pour corriger la situation et la redresser, et non pas simplement pointer du doigt l'autre partie en disant "vous devez changer" – alors je pense que quelque chose de créatif est apporté et qu'une sorte d'unité peut émerger, qui pourrait révéler une nouvelle approche qui n'est pas reconnue actuellement.

Habituellement, la correction de ces torts vient à travers un nouveau chemin, précédemment non testé, plutôt que d'emprunter la même vieille route encore et encore dans un cycle de rétribution sans fin.


Robert : Mais revenons au karma de groupe ; je veux juste m'assurer que je comprends bien. Je pourrais passer plusieurs vies à mener la vie d'un saint ou d'une Mère Teresa, seulement pour, dans une certaine vie – alors que j'ai peut-être gagné un bon karma – être balayé par le mauvais karma de la nation ou du groupe. Est-ce exact ?


Sarah : Oui, je dirais que c'est le cas. Il y a des couches et des couches d'implications karmiques par rapport à cela. Il y a votre karma personnel, qui, en tant que saint, serait très bon, et puis il y a le karma du groupe auquel vous appartenez, qui pourrait être plus mitigé. Pensez-vous qu'il y ait des nuances, Dale ?


Dale : Bien sûr. Comme vous l'avez mentionné plus tôt, le groupe familial à travers lequel vous vous incarnez – c'est un choix de l'âme – ainsi que le groupe national et le groupe ethnique, tous ces différents groupes ont certaines limites et ont des obligations karmiques qui doivent être équilibrées. Et donc, peu importe dans quoi vous êtes né, vous en faites partie.


Robert : Et en parlant de renaissance, puisque nous sommes sur ce sujet, quelle est la relation entre le karma et la renaissance ?


Sarah : Je pense qu'ils vont ensemble. Je ne pense pas qu'on puisse comprendre l'un sans l'autre. Ce sont deux concepts orientaux. La renaissance est quelque chose qui n'est pas reconnu dans le christianisme orthodoxe ou, je crois, dans le judaïsme ou l'islam. Mais les traditions ésotériques des religions orientales du bouddhisme et de l'hindouisme enseignent la loi de la renaissance, qui veut que l'âme revienne dans une forme physique de façon répétée, encore et encore, pour les besoins de sa propre évolution et pour le service. Le karma est l'effet cumulatif des actions de vies répétées car, comme nous l'avons dit, karma signifie littéralement action et conséquence. C'est la loi de cause à effet.


Robert : Encore une fois, juste pour être sûr que je comprends bien, ce n'est pas nécessairement une punition alors. J'ai fait cela dans une vie antérieure ou j'ai blessé un voisin au début de mon développement et je vais être puni par le karma plus tard. Ce n'est pas ainsi que les choses se passent.


Sarah : Eh bien, non, je n'y crois pas personnellement. Il y a quelque chose en moi qui se rebelle vraiment contre cette idée ou cette définition, parce que si nous croyons en une puissance divine qui est au centre de toutes les choses et qui supervise toute l'évolution, je ne peux pas croire que cette source créatrice divine souhaiterait punir qui que ce soit ou quoi que ce soit. Cela ne cadrerait tout simplement pas avec la bonté de Dieu et du monde. Et je crois que le monde est bon et que tout se passe pour le mieux. Le karma n'est donc pas une punition. C'est une correction – nous sommes tous en train de corriger quelque chose.


Dale : Oui, et en ce qui concerne la renaissance, si nous causons un préjudice à une personne au cours d'une vie, je pense que cette correction peut s'étendre à une autre vie avec la même âme dans une autre existence, et cela peut continuer ainsi. Si nous ne faisons pas ces corrections et ne créons pas ces équilibres qui sont considérés comme justes par la nature, alors nous continuons à répéter ces mêmes problèmes, ces mêmes actions incorrectes, encore et encore, et cela pourrait se produire vie après vie. Je crois aussi que nous transportons dans la vie suivante les problèmes qui n'ont pas été réglés dans cette vie, et si cela implique une autre personne ou un autre groupe de personnes, alors nous sommes karmiquement liés à eux et nous devons revenir et faire cet ajustement.


Sarah : Certains de nos auditeurs ont peut-être entendu dire que "le caractère, c'est le destin", et pour moi, cela relie la réincarnation et la renaissance au karma. Notre composition fondamentale essentielle en tant qu'être humain détermine ce qui se passe au cours de notre vie. Et cela redonne le pouvoir de création à l'individu – peut-être pas à la personnalité, qui ne choisirait que le bonheur et l'épanouissement personnel – mais à l'âme, qui sait exactement ce qui doit être restauré, redressé et rééquilibré. Je pense que pour l'âme, ce serait une pure joie ! Ainsi, plutôt que de penser à une punition, vous pourriez penser que la situation dans laquelle vous vous trouvez actuellement est une tentative de votre âme de rétablir et de rééquilibrer quelque chose qui a été déséquilibré. Pour moi, cette définition est beaucoup plus stimulante et inspirante. Il y a une sorte d'acceptation qui jaillit à l'intérieur de soi et qui n'est pas passive. Ce n'est pas de la passivité parce que nous devons prendre le contrôle de nos vies et être les déterminants de notre destin, mais il y a une acceptation de la façon de travailler avec les circonstances dans lesquelles nous nous trouvons, et d'y voir quelque chose de positif et de constructif.


Dale : Les âmes ont le choix de la famille dans laquelle elles s'incarnent et, très souvent, il y a un lien karmique et elles viennent dans un but très précis. Peut-être pour résoudre un déséquilibre qui a été créé, ou cela n'a peut-être pas à voir avec cette âme en particulier, mais cela a à voir avec les parents de cette âme, parce qu'il y a un déséquilibre karmique qui a à voir avec les parents. C'est donc un autre exemple de la façon dont le karma et la renaissance fonctionnent ensemble.


Sarah : Il y a quelque chose d'intéressant dans le Talmud juif. Il enseigne que le destin de l'âme à naître lui est montré avant qu'elle ne vienne au monde. Elle voit le destin qui l'attend et la seule chose que cette âme ne peut pas déterminer en ce qui concerne sa vie future, c'est si la personne sera bonne ou mauvaise. Cela dépend de l'individu. C'est toujours selon notre libre arbitre, toujours selon notre détermination, que nous serons bons ou mauvais dans notre caractère. Indépendamment du destin qui nous attend, nous avons cela sous notre contrôle.


Robert : Les gens parlent très souvent d'un lien karmique. Je pense que vous en avez déjà parlé dans une certaine mesure, mais plus en profondeur, qu'entend-on par lien karmique ?


Sarah : Eh bien, je pense que les gens essaient de définir ou de décrire un lien qu'ils pensent avoir – un lien spirituel très profond – avec une autre personne. Nous ne sommes pas aussi précis que nous devrions l'être pour reconnaître les personnes, les âmes, qui sont réellement nos liens karmiques, les personnes avec lesquelles nous avons une relation très profonde. Pas nécessairement une relation heureuse, mais une relation profonde et instructive, une relation qui nous apprend beaucoup. Parfois, nous apprenons beaucoup des relations très douloureuses. Il peut s'agir de liens karmiques. Et puis il y a le karma de l'amour, parce que l'amour ne s'arrête jamais d'une vie à l'autre, il continue. Pourquoi l'amour s'arrêterait-il parce que quelqu'un meurt ? Il perdure, et ce sont des liens karmiques qui nous ramènent à des relations avec des personnes que nous avons profondément aimées dans le passé.


Dale : Il y a l'idée de l'âme sœur...


Sarah : Cette notion est certainement utilisée à tort et à travers aujourd'hui. (rires)


Dale : Oui, je ne suis pas sûr qu'il y ait toujours un lien karmique dans les âmes sœurs, c'est peut-être plus un vœu pieux. Mais il y a un véritable lien karmique chez certaines personnes avec lesquelles nous travaillons, par exemple. On naît dans une certaine famille et on a peut-être un lien karmique avec les membres de la famille, les parents et les frères et sœurs, mais je pense aussi qu'il faut voir un peu plus loin. Souvent, les personnes avec lesquelles nous nous retrouvons dans la vie et avec lesquelles nous ressentons une grande affinité sont peut-être celles qui font partie de notre vie professionnelle ou d'une activité de service ; en particulier le service parce que c'est là que tant de types de personnes se rencontrent et qu'elles ont une relation dans ce service particulier. Pour parler de mon expérience personnelle, je ressens un lien karmique avec les personnes avec lesquelles je travaille – bien que ce que j'ai entrepris au début de ma vie n'ait rien à voir avec ce que je fais maintenant, je me sens plus à l'aise, plus confortable et plus équilibré. Cela revient à cette idée d'équilibre et d'harmonie ; si vous le ressentez avec un certain groupe de personnes avec lesquelles vous travaillez, alors il y a peut-être un certain lien karmique.


Robert : Cela me rappelle une pensée, "il n'y a pas d'ennemis dans le monde, seulement de grands enseignants". Est-ce qu'une phrase comme celle-là aurait un rapport avec ce que vous disiez à propos du karma ?


Sarah : Absolument, oui. Tout le monde peut nous apprendre quelque chose, et parfois les personnes qui semblent opposées à notre approche de la vie sont celles qui ont le plus à nous apprendre, parce que si nous considérons la vie comme une énergie et une force en action, en mouvement, les personnes dont l'énergie et la force opposent une résistance à la nôtre peuvent parfois être de grands enseignants. Nous leur donnons une mauvaise étiquette en les qualifiant d'ennemis. Ils ne le sont pas nécessairement du tout ; ils sont parfois nos plus grands enseignants.


Robert : C'est intéressant. Souvent, nous ne sommes pas heureux de notre sort dans la vie et nous voudrions qu'il soit différent et nous attribuons cela au karma. Peut-on éradiquer le karma d'une autre personne ?


Sarah : C'est une question à laquelle je ne sais pas vraiment répondre. Je peux tenter d'y répondre, mais une autre personne pourrait y répondre différemment. Le paradoxe ou la confusion réside dans le fait que nous sommes personnellement responsables, en tant qu'âmes, de la direction de notre vie et que personne d'autre ne peut légitimement prendre le contrôle de notre vie. Mais d'un autre côté, il y a de grands individus, de grands êtres à travers l'histoire de l'humanité qui, je pense, ont probablement assumé le karma – si ce n'est pas pour l'humanité, pour un grand groupe. Par exemple, Abraham Lincoln, en quelque sorte, a porté le karma national du peuple américain pendant la période de la guerre de Sécession. Il a personnellement beaucoup souffert, je pense, d'une profonde dépression. Sa famille a souffert. C'était un véritable fardeau qu'il portait, et il semblait le porter au nom de l'âme nationale. Un autre exemple pourrait être le Dalaï Lama, qui a cette énorme responsabilité pour le peuple tibétain. Et peut-être un autre exemple serait quelqu'un comme Martin Luther King qui est venu pour servir non seulement ses propres intérêts, mais aussi les intérêts de tous les Afro-Américains, et qui leur a beaucoup apporté.


Dale : Oui, il y a des exemples de ce genre. Mais montrer à une autre personne comment elle peut éradiquer son propre karma est aussi un élément à prendre en compte dans cette question, je pense.


Sarah : Oui. Leur donner un exemple sur lequel ils peuvent s'appuyer.


Dale : C'est vrai.


Robert : Je crois au karma ; cela me semble juste. Et bien sûr, il y a tant de lois invisibles que nous ne pouvons pas voir, toucher ou sentir, comme la loi de la gravité. Mais si le karma est une loi, quelle est la place de la miséricorde ?


Sarah : C'est une autre de ces questions dont je ne connais pas la réponse, mais si je l'aborde à partir de mon intuition, il me semble qu'il y a une place pour la miséricorde. Je ne crois pas que l'univers soit construit de telle manière que nous devrions payer, en quelque sorte, pour toutes les transgressions que nous avons commises dans le passé, si nous pouvons transformer notre vie. Je crois au pouvoir des gens de se transformer et de mettre fin au passé. Sinon, si nous voyons la vie comme un cycle sans fin de vengeance, cela n'a aucun sens. Cela me semble très statique. Peut-être que quelqu'un d'autre verra cela différemment, mais je pense qu'il y a de la miséricorde. C'est probablement de la miséricorde, ce pouvoir qu'a l'âme de transformer la conscience par l'amour, par le pardon ; ce sont des actes de miséricorde qui peuvent alors défaire le karma.


Robert : En général, je suppose que le seul karma auquel nous voulons vraiment mettre fin est le karma négatif. Comment pouvons-nous mettre fin au karma ?


Sarah : Eh bien, une idée qui me vient à l'esprit est le pouvoir de l'amour. L'amour peut dissoudre dans sa bienfaisance les grands maux. Et ce n'est pas seulement un concept chrétien, bien que le Christ l'ait certainement enseigné, mais de nombreuses grandes figures spirituelles l'ont enseigné. Le Bouddha a enseigné le pouvoir de l'amour. On dit que son amour était si incommensurable qu'il ne pouvait être épuisé par aucune haine ou hostilité, et qu'au contraire, un acte hostile ne ferait que mettre en lumière davantage d'amour. Et il a enseigné à ses disciples que, quelle que soit la manière dont les gens parlent de vous, que ce soit de manière appropriée ou inappropriée, courtoise ou grossière, sage ou stupide, vous devez vous entraîner à répondre avec gentillesse et amour. Donc, nous pouvons tous prendre ce message et l'appliquer dans notre approche de la vie.


Robert : Pour conclure, nous vous invitons à réfléchir à cette pensée : la bonne volonté est la pierre de touche qui transformera le monde. La bonne volonté est l'amour en action. C'est l'énergie qui nous rassemble dans des justes relations.


Il existe une prière mondiale appelée la Grande Invocation. C'est un appel à la lumière, à l'amour et à la bonne volonté pour qu'ils se répandent dans le monde et dans nos cœurs. Écoutons un instant ces mots puissants.


Sarah termine l'émission en énonçant la version adaptée de la Grande Invocation.


(Ce texte est une transcription éditée d'une émission de radio enregistrée intitulée "Inner Sight". Cette conversation a été enregistrée entre l'animateur, Robert Anderson, et la présidente et le vice-président de Lucis Trust, Sarah et Dale McKechnie.

Transcription et édition par Carla McLeod, traduction automatisée revue par Jérôme Choisnet)

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

KARMA [Partie 3]

Lorsque l'influence de l'âme commence à se faire sentir sur la personnalité extérieure, c'est alors que le karma se neutralise, car cela indique que l'on est sur le chemin de l'illumination. On peut c

KARMA [Partie 1]

“ Le karma est l'expression de la loi de l'équilibre et la nature travaille toujours à rétablir cet équilibre lorsqu'il est perturbé par les actes de l'homme. Le karma ne crée rien et ne conçoit rien.

FAMILLE

“ On ne peut plus considérer sa famille comme une île dans la mer de l'humanité. Nous sommes trop interconnectés et la famille doit préparer l'enfant à envisager sa relation avec la société dans son e

Comments


bottom of page