QUELQUES RÉFLEXIONS SUR LA BALANCE – Sur le fil du rasoir

Selon l'enseignement ésotérique, la Terre est considérée comme le point crucial ou le champ de bataille entre l'esprit et la matière — une bataille dans laquelle ni l'esprit ni la matière ne peuvent sortir vainqueurs. L'équilibre parfait entre l'esprit et la matière est le but de la Balance, et la note clé de la Balance offre un aperçu de la manière dont cet équilibre peut être atteint : « Je choisis la voie qui mène entre les deux grandes lignes de force. » Dans l'enseignement ésotérique, la Balance est le signe dans lequel apparaît la première vision réelle de la Voie, révélant qu'il s'agit d'un chemin étroit et tranchant comme un rasoir entre les paires d'opposés. La Balance montre une Voie qui ne peut être empruntée qu'avec un sens aigu des valeurs et en utilisant la faculté d'équilibre de l'esprit.


La reconnaissance du fait que la voie étroite et tranchante est celle de la réconciliation est profondément ancrée dans la conscience humaine, comme le montre le concept grec ancien du juste milieu – la voie d'or entre les extrêmes de l'excès et de la déficience, et la Noble Voie du Milieu du bouddhisme. Le concept chinois du Tao est le principe absolu qui sous-tend l'univers, s'exprimant sous la forme du yin et du yang et visible dans tout le monde naturel. Comme l'a dit le sage taoïste Zhuangzi, " 'Ceci' est aussi 'cela' et 'cela' est aussi 'ceci'. Le 'cela' est d'une part également 'ceci', et 'ceci' est, d'autre part, 'cela'. Lorsque "ceci" et "cela" ne s'opposent pas l'un à l'autre, on l'appelle le pivot du Tao". Cachée dans ces mots (peut-être impénétrables) se trouve la reconnaissance du fait que la Voie, le Chemin, le Tao, nécessite un équilibre, une balance et un sens du mouvement constant. La Voie n'a pas de fin ni de point culminant ; c'est une spirale et non une progression linéaire. Chaque étape de l'accomplissement révèle que la lumière se trouve toujours devant, comme un phare lointain sur un rivage qui change constamment.


Comme le disent les écrits d'Alice Bailey, "le chercheur doit apprendre à distinguer entre la vérité et les vérités, entre la connaissance et la sagesse, entre la réalité et l'illusion". Tout au long de l'expérience humaine, ce processus oscille entre la dualité, une unité relative, et une dualité plus élevée et plus profonde. Une fois que l'on a compris cela, même si ce n'est que partiellement, le besoin de compromis dans les affaires humaines devient inévitable. Il y a quelques années, l'historien américain Richard Hofstadter a écrit sur les dangers créés lorsque la politique est considérée uniquement comme une stratégie pour gagner, ignorant la réalité centrale et durable du conflit. "La société humaine", écrivait Hofstadter, "est une forme d'équilibre basée sur un processus continu de compromis. Elle fuit les épreuves de force ultimes et considère l'idéal d'une victoire partisane totale comme irréalisable, comme une autre variété de menace pour le besoin d'équilibre... Elle est sensible aux nuances et voit les choses par degrés", dit-il, plutôt que comme des fondamentalismes et des absolus. Ces mots prononcés il y a plus de soixante ans n'ont jamais été aussi vrais qu'aujourd'hui.


Naviguer entre les paires d'opposés devient possible lorsque l'on comprend que la Voie est une spirale et qu'elle contient donc à la fois le bien et le plus grand bien, les principes inférieurs et les principes supérieurs. Cette prise de conscience rend même les "fondamentalismes" et les croyances les plus chères d'une viabilité limitée, non pas parce qu'ils sont nécessairement faux, mais parce qu'ils ne contiennent qu'un noyau d'une vérité infiniment plus grande dissimulée en eux. Lorsque la réconciliation des paires d'opposés est l'objectif – lorsque " ceci " et " cela " ne s'opposent pas l'un à l'autre – le concept du " à la fois " est reconnu comme faisant partie intégrante de la Voie, et une porte peut s'ouvrir sur une unité supérieure.

La Voie de l'éveil spirituel, en forme de lame de rasoir, est une voie de mouvement constant tout en conservant l'équilibre. Sur ce chemin, une assise sûre et stable est nécessaire à chaque étape si nous ne voulons pas perdre notre chemin. " Laissez le Plan vous absorber mais rappelez-vous en même temps qu'il s'élabore pas à pas et que le véritable auxiliaire du Plan est celui qui voit comme il peut être dans le cycle de la vie mais qui voit aussi le petit pas immédiat devant lui ". Ces mots d'Alice Bailey expriment le sage équilibre de la voie de la Balance.

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

QUELQUES PENSÉES SUR LE LION — Le Soi dans le Tout

Le but de ce système solaire, nous disent les écrits d'Alice Bailey, est le développement de la conscience. Dans la progression des énergies cosmiques qui circulent à travers le zodiaque, la conscienc